Histoire et Mémoire

 -

                         

LORIENT - LANN-BIHOUE

Collection aérodromes

                                                                      

format 17 x 24, 76 pages,  plus de 100 photos d'époque et actuelles

( prix : 10 € )  

    Alors qu'entre 1911 et 1913 les lorientais assistaient à des évolutions aériennes, il faut attendre de 1917 à 1939 pour voir, d'abord des hydravions au Centre Aéromaritime de Lorient sur les bords du Scorff, puis en 1938, la Chambre de Commerce fait les premières acquisitions de terrain à Lann-Bihoué en Plœmeur, Quéven et Guidel. Mais la guerre arrive et les Allemands occupent Lorient le 21 juin 1940. Dès 1941, ils débutent la construction de deux pistes bétonnées, puis construisent des hangars, des bâtiments pour la troupe et des blockhaus de protection avec des zones de tirs antiaériens, la flak. Leurs avions sont alors actifs sur la base aéronavale, on y voit, des Messerschmitt, des Junker, etc. qui surveilleront la région et protégeront les environs de la base de sous-marins et les navires venant ravitailler les unités. En 1945, l'Armée de l'Air occupe le site qu'elle transmet moins d'un an plus tard à la Marine nationale qui le remettra aussitôt en état.  

Entre 1946 et 1949, il y eut peu d'activités, mais en 1951, l'état décide d'activer la plate-forme. Alors arrivent les premiers avions Lancaster qui assurent la surveillance maritime. Ils sont suivis des flottilles de Neptune. L'activité devenue intense nécessite la construction de nouveaux hangars, de bâtiments pour les personnels, d'une nouvelle tour et de nouveaux services.

Entre 1958 et 1969 apparaissent de nouvelles escadrilles et flottilles, d'abord la 56S et ses avions Languedoc, puis la 4S avec ses Alizé et la 12F avec ses Crusader. Chaque flottille est affectée dans un ancien village aux noms de Kérambars, de Kerlaën ou autres. De 1969 à 1987, arrivent les flottilles de Breguet Atlantic première génération logée au Poullo puis celle des Nord 262 logée à Kerlaën après changement d'affectation des Alizé. Avec des nouveaux matériels cela nécessite de nombreux techniciens pour les entretenir d'où la construction de nouveaux hangars et de nouveaux foyers de vie pour le personnel. De 1988 à 2002, ce sont les Breguet Atlantique nouvelle génération qui arrivent à la 23F puis la 24F en est dotée à son tour. D'autres avions sont également présents, les Xingu, les Hawkeye et les Falcon.

Mais la Base, c'est aussi bien d'autres services, comme la Douane, la Gendarmerie Maritime, les services de sécurité, l'infra, l'Atelier Industriel Aéronautique de Bretagne pour la maintenance des avions et de divers autres unités, animés par des hommes qui sont nécessaires pour faire vivre une base, sans oublier le célèbre Bagad de Lann-Bihoué. Enfin, l'aérodrome c'est aussi : l'aéroport de Lorient Bretagne-Sud avec une aérogare moderne, un aéroclub civil, un aéroclub militaire et une unité de la sécurité civile appelée « Dragon 56 ».

Préface de Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense

Avant-propos de l’amiral Bernard Rogel, Chef d’état-major de la marine

Publié avec le soutien de la commission mémoire de l'aviation civile (DGAC) et des communes de Lorient, Larmor-Plage,Lanester, Guidel, Quéven, Ploemeur et la région Bretagne

Egalement disponible le n°1 le n°2     le n°3